Maladies cardiovasculaires


Sport et maladies cardiovasculaires

 

La pratique régulière d’une activité physique a des bienfaits directs sur le risque de survenue des maladies cardio vasculaires.

Il est maintenant clairement établi que la pratique d'un exercice physique modéré ou intense est indiquée dans la prévention des maladies cardio-vasculaires coronariennes (liées à une atteinte des artères coronaires).

 

Elle fait partie de la thérapeutique de l'infarctus du myocarde, de l'insuffisance cardiaque stable et de certaines cardiopathies congénitales. Elle doit être indiquée après dilatation, pontage aorto-coronarien ou transplantation cardiaque.

 

L’activité physique devient le thème de référence des actions de prévention : elle bénéficie de l’immense avantage de pouvoir se placer dans une dimension de bien être en opposition d’autres actions, toutes aussi importantes en termes de prévention mais contraignantes comme l’arrêt du tabac, le maintien de son poids et une nutrition équilibrée.

 


Instructif :

Les chiffres 

 

De nombreuses études épidémiologiques ont cherché à démontrer l'efficacité de l'exercice physique sur la survenue  et le traitement des maladies cardiovasculaires :

 

- Une activité physique intense est associée à une réduction de l'ordre de 50 % du risque d'accident cardiaque fatal ou non. 9 375 hommes âgés de 45 à 64 ans.

- Une activité physique modérée entraîne une réduction de l'ordre de 25 % de la mortalité par accident cardiovasculaire.12 135 hommes âgés de 35 à 57 ans.

- des hommes sédentaires et en mauvaise condition physique ont deux fois plus de risque de développer une maladie cardiovasculaire que ceux pratiquant une activité physique légère de plus de quatre heures par semaine, et ce même s’ils sont encore en mauvaise condition physique.

 

Un programme de réhabilitation à l'exercice physique après un infarctus du myocarde conduit à réduire la mortalité, toutes causes confondues, de 24 %, et la mortalité cardiovasculaire de 25 %.

Deux chiffres à retenir :

- Le risque de maladie cardiovasculaire des inactifs par rapport aux actifs est multiplié par 2 à 6 selon les études épidémiologiques.

- Le risque de survenue de maladies cardiovasculaires est cinq fois moins élevé chez ceux qui ont une condition physique cardiorespiratoire de bonne qualité.

 

L'activité physique a également des effets indirects sur le système cardiovasculaire :

- Une réduction des principaux facteurs de risques cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle, le diabète.

- Une évolution des modes de vie car la pratique régulière d'activité physique est un comportement santé. Faire du sport cela signifie aussi moins fumer, être plus attentif à sa santé, respecter les dates des examens de dépistage.

- une réduction de la faim après l’exercice et un appétit mieux maîtrisé.

- le maintien de son poids.

- une action anti stress dont on sait le rôle dans la survenue de problèmes cardiovasculaires.



Regardez cette video